Frousse à Bangkok

L’obscurité est totale. J’ai le coeur qui me martèle la poitrine.

…81, 82, 83…

Le plus silencieusement possible, je gravis les marches de l’édifice abandonné. Que Phil s’avise de me lâcher la main et je fais pipi dans mes culottes, y’a pas de doute.

…102, 103, 104…

Après 2 semaines à Bangkok, nous avions eu amplement l’occasion d’admirer le Buddha dans toutes ses déclinaisons.

Buddha couché, Buddha doré,

Buddha d’émeraude, Grand Buddha…

Nous en avions assez vu, des temples, admiré, des Buddha, observé, des passants marcher sur Khao San Road. Il fallait bouger maintenant, vite avant de se transformer en pad thai.

…250, 251, 252…

J’ai la chienne. Je ne vois pas où je pose les pieds. Je me fais des scénarios : et si on arrivait sur un étage infesté de rats? Et si on croisait un violent itinérant sur le crack? God bless, j’ai ma lampe frontale. Je l’allume. Sur le mur devant moi, apparaît le graffiti suivant :

"You'll find only sufferers here"
« You’ll find only sufferers here »

Wow. Tout pour me rassurer.

…305, 306, 307…

On compte les marches. Il y a supposément 49 étages à cet édifice abandonné. Il aurait dû s’agir d’un hôtel de luxe, mais la construction de cet immeuble massif a été écourtée en raison d’une crise économique. Depuis 1997, la Ghost Tower se tient debout au milieu de la ville, comme un défaut flagrant dans un beau visage, erreur impossible à corriger.

…502, 503, 504…

On entend des voix. Vite, on court se cacher dans ce qui aurait dû être un placard de salle de bains. Phil me fait signe d’arrêter de chuchoter. On se croirait dans un mauvais suspense. C’est Boris, le fils de Bruno (Blanchet), qui nous a recommandé cet endroit, un beau jour où on est débarqués au Snack-Bar BKK, en manque d’inspiration. À part des temples et des marchés, y avait-il quelque chose à faire dans cette ville? « Pas vraiment », avait d’abord répondu Boris. Puis, après une courte réflexion, il était arrivé avec cette idée. Il nous avait donné quelques précisions : « Le lieu est gardé par des robineux avec qui vous pourrez négocier votre passage. » Il nous avait également déconseillé d’y aller de soir. Je comprends maintenant pourquoi.

L'intérieur de la Ghost Tower
L’intérieur de la Ghost Tower

Or, nous n’avons croisé aucun robineux à l’entrée, après nous être faufilés sous la clôture, les pieds devant, selon les conseils mimés prodigués à travers une petite fenêtre par un Thaï apparu au moment où l’on se demandait justement par où passer. D’où ma peur maintenant, et si les robineux étaient à notre poursuite? À l’intérieur, des débris jonchent le sol et les murs sont remplis de graffitis. En revanche, la vue des balcons est magnifique. La lumière de fin d’après-midi vient se poser délicatement sur la pierre blanche.

La lumière se posait joliment sur les balustrades
La lumière se posait joliment sur les balustrades

Plus on monte et plus la tension descend. La construction de l’édifice ayant été achevée à 80%, c’est surtout le sommet qui est incomplet. Les étages supérieurs offrent une vue imprenable sur Bangkok et la Chao Praya. Je m’amuse à immortaliser cet endroit unique sous tous les angles. La peur a laissé place à la fascination. Comment a-t-on pu abandonner ainsi un projet dans lequel des millions de dollars avaient déjà été investis?

Je m'amuse à photographier l'immeuble sous tous les angles
Je m’amuse à photographier l’immeuble sous tous les angles

…883, 884, 885!!!

Enfin arrivés au sommet! Le soleil qui se couche nous rappelle que ce moment est éphémère. Nous le savourons, d’autant plus qu’il s’agit de l’avant-dernière journée de notre périple de 2 mois en Asie.

Vue du sommet de la Ghost Tower
Vue du sommet de la Ghost Tower

Bref, même si j’ai passé les trois quarts de l’ascension à me demander pour quelle raison j’avais décidé de prendre part à ce projet débile, je dois avouer que la vue valait la peine.

*Par contre pour la descente, ce fut plutôt précipité. On s’est dépêchés pour sortir avant qu’il fasse noir… puis on s’est fait bloquer la sortie par un restaurateur en furie. Je partage ici cette anecdote, parce qu’il s’agit d’un des moments marquants de notre voyage, mais je ne souhaite pas nécessairement faire la promotion de cette expérience… Bref, ce n’est pas parce qu’on l’a fait qu’il faut le faire! On ne sait jamais ce qui peut arriver lorsque l’on prend des risques à l’étranger!

Et vous, aimez-vous vous faire des peurs en voyage? Avez-vous déjà joué les explorateurs urbains loin de chez vous?

Vous pouvez me suivre sur Facebook, Twitter et Instagram

9 commentaires

  1. Belle aventure ! Ça donne le goût ! Moi pas d’aventures très épeurantes en voyage, sauf quand j’ai embarqué avec un étranger pour me rendre dans un petit village au Nouveau-Brunswick… Le Monsieur conduisait tellement mal, j’etais persuadé que je finissais mes jours le crâne craqué dans un fossé :/

    J'aime

  2. Super belle « escalade » et aventure de voyage. Si je passe par là, pas sûr que je pourrai m’empêcher d’y aller, même si je suis trop vieux pour chercher le trouble. Il me trouve tout seul de toutes façons (pris 2 fois dans des coups d’état 🙂 ).
    Je découvre ton blogue. Super photos en passant. Je n’ai passé au Yukon qu’une seule fois en coup de vent pour le travail. Ça a l’air super beau et moins froid qu’on pense.
    Qu’est-ce qui t’as amenée là ?

    J'aime

  3. Y cherche t’on des infirmières? J’ai surtout de l’expérience en santé communautaire. Comment les yukonnais reçoivent-ils les étrangers? Ont-ils des problèmes de santé comparables à nos peuples nordiques québécois?
    J’ai envie d’exotisme et de m’impliquer avec des gens qui ont grand besoin d’aide mais supporte mal la chaleur…..et je carbure à la vie au grand air et aux paysages comme ceux que tu nous exhibes…

    J'aime

    • Je ne suis pas spécialiste en santé communautaire, mais je sais que les infirmières ont de bonnes conditions de travail au Yukon et je crois qu’elles sont très en demande dans les communautés rurales. Vous pouvez peut-être vous informer auprès de l’Association franco-yukonnaise.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s