Maui autrement : 3 façons d’explorer le volcan Haleakalā

Chaque jour, des centaines de personnes se lèvent à 4h du matin pour se rendre à temps au sommet du volcan Haleakalā, à Maui, afin de regarder le soleil se lever au-dessus des nuages. Il s’agit d’un moment d’une beauté exceptionnelle; d’ailleurs, Haleakalā signifie carrément « House of the Sun ». Toutefois, ne vous laissez pas piéger : ce n’est pas parce qu’il est tôt que la route est déserte. Il faudra vous lever de très, très bonne heure pour éviter l’embouteillage quotidien au poste de péage, puis, vous assisterez au spectacle en compagnie de centaines d’autres personnes qui ne savent pas nécessairement respecter la quiétude matinale.

Sans vouloir vous décourager de vivre cette expérience « incontournable », je souhaite ici vous proposer quelques alternatives et façons d’explorer vraiment le volcan Haleakalā. Après tout, vous aurez conduit un petit moment pour vous y rendre, et vous aurez payé le prix d’entrée (15$ pour trois jours), alors aussi bien en profiter! Sans compter que l’intérieur du cratère est magnifique, à condition de se donner la peine de le découvrir.

Voici donc trois façons de découvrir le volcan Haleakalā autrement.

1. Assister au coucher du soleil

IMG_7572.JPG

Le coucher du soleil vu du haut du volcan Haleakalā n’est pas moins magique que son lever. J’y vois même quelques avantages : il est moins populaire (donc l’endroit est beaucoup moins bondé), il fait moins froid, et selon moi, il est plus facile à photographier. De plus, un phénomène météorologique tout spécial se produit uniquement lors du coucher de soleil : le spectre de Brocken (on peut l’apercevoir sur la photo de couverture), lorsque votre ombre agrandie se reflète sur les goutelettes d’eau suspendues dans l’air, de l’autre côté du volcan. Personnellement, c’était la première fois que j’assistais à ce phénomène et il n’a pas manqué de m’impressionner.

2. En randonnée pédestre d’un jour

HaleakalaHike.jpg

De nombreuses randonnées sont possibles dans le cratère du volcan. C’est l’idéal si vous n’avez pas le temps d’entreprendre une plus longue expédition. L’avantage est qu’aucun équipement spécifique n’est nécessaire, mis à part quelques vêtements en cas de pluie et de l’eau en quantité suffisante (ou un filtreur, l’eau au fond du cratère n’étant pas potable). Certains sentiers vous permettront d’explorer diverses facettes du paysage en une seule journée. Renseignez-vous au centre des visiteurs du sommet, où l’on vous conseillera sur le chemin à prendre et on vous remettra une carte, ainsi que de la documentation concernant les plantes et les oiseaux qui croiseront votre route. Les sentiers sont ultra faciles à suivre et la marche n’est pas difficile (pas de grande différence d’élévation). Attention toutefois : l’altitude peut affecter même le plus grand des sportifs, alors allez-y molo.

Randonnée dans le cratère du volcan - sentier Sliding Sands
Randonnée dans le cratère du volcan – sentier Sliding Sands

3. Camper dans le cratère

CampCrater.jpg
Notre camp dans le cratère

Alors ça, c’est le pied! Vous vous y êtes pris d’avance, vous avez apporté une tente et un filtreur, des vêtements de pluie et de la nourriture et vous êtes prêts à partir à l’aventure? Vous ne le regretterez pas. Le cratère est un endroit magnifique où passer la nuit, voire quelques nuits. Si vous n’avez pas réservé de cabane (il faut le faire des mois à l’avance), il y a deux endroits où il est possible de faire du camping sauvage dans le cratère, et il est bien important de s’en tenir à ces endroits par respect pour cet environnement fragile. Le matin de votre départ (après avoir admiré le lever du soleil), rendez-vous au centre des visiteurs du sommet pour obtenir votre permis de camping sauvage. C’est gratuit et on vous fournira les conseils et renseignements nécessaires.

Le paysage lunaire est parsemé de rares traces de vie - environnement aussi joli que fragile.
Le paysage lunaire est parsemé de rares traces de vie – environnement aussi joli que fragile.

*J’ai volontairement évité de parler de la descente du volcan en vélo de montagne « downhill », qui est offerte par de nombreuses agences. À moins que vous n’aimiez débourser une centaine de dollars pour descendre une route asphaltée (ça ne correspond pas trop à ma définition de « downhill »), dans la pluie. En tant qu’adepte de vélo de montagne, après avoir vu le niveau de plaisir que les gens semblaient avoir pendant leur descente… disons que je ne regrette pas vraiment de ne pas avoir payé pour ça.

Bref, cela vaut la peine de se garder un peu de temps pour visiter le volcan plus en profondeur et avec un minimum de préparation, il pourrait s’agir du moment le plus marquant de votre voyage.

Pour plus de détails, visitez le site Web du NPS.

Et vous, avez-vous déjà fait connaissance avec un volcan hawaïen?

Vous pouvez me suivre sur Facebook, Twitter et Instagram

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s