Partir de rien

Je m’en vais passer un mois en Islande, en septembre prochain. J’ai acheté mon billet sur un coup de tête, quasiment un an à l’avance, quand la compagnie aérienne Wow air a lancé ses vols directs à partir de Montréal à 99$. La folie s’est emparée de moi et en quelques minutes, c’était réglé. Je partais un mois en Islande.

Je ne connais pratiquement rien de l’Islande. Traitez-moi d’inculte, mais quand je pense à ce pays, il y a un gros blanc dans ma tête. J’ai bien sûr vu passer de nombreuses photos – c’est populaire, par les temps qui courent, l’Islande. Plusieurs personnes de mon entourage y sont allées, et j’ai vu leurs photos, de même que celles publiées sur les blogues voyage que je lis souvent, mais de là à dire que je pourrais décrire en quoi les paysages sont différents de ceux du Yukon, ou de la Nouvelle-Zélande, par exemple? Nan. Je n’en ai aucune idée. Je ne sais pas ce que les Islandais mangent ni ce qu’ils écoutent comme musique. Tout ce que je connais de l’Islande, pour l’instant, c’est qu’il y a des chevaux, des fjords, un volcan au nom imprononçable qui a paralysé le traffic aérien en Europe il y a quelques années et qu’on y mange des hot-dogs à 10$.

J’ai l’air tarte, vite de même. J’ai réservé un billet sans n’avoir fait aucune recherche. Quand j’y pense, j’ai le vertige. Ou l’opposé du vertige. Pas comme celui qu’on a quand on se tient au bord d’une falaise, mais plutôt celui qu’on aurait si on était assis dans une fusée, prêt à décoller, et qui procure une excitation mêlée d’insouciance. Presque de l’adrénaline. Sachant qu’il y aurait peut-être un danger (celui de ne pas aimer ça, de s’ennuyer, que ça coûte trop cher?), mais que cette crainte est loin, loin derrière l’extase que procure le fait de partir vers un lieu totalement inconnu.

Et si je vous disais que c’est ma partie préférée, le avant, le néant qui précède le départ? Le vide qui précède les milliers d’images et de souvenirs dont ma tête sera inévitablement remplie au retour? Si je vous disais que quand je pense à l’Islande, en ce moment, et que je ne peux imaginer autre chose qu’un gros vide, ça me donne des papillons? Que le fait de ne ressentir aucune émotion maintenant, alors qu’à mon retour, j’aurai les yeux brillants à la simple évocation du mot Islande, c’est ce qui m’anime? Me trouveriez-vous aussi tarte?

Parce que je suis optimiste – et que j’adore voyager, peu importe la tournure que prend l’aventure – je suis convaincue que ça va bien se passer. Mieux encore, je SAIS qu’après un mois là-bas, j’aurai appris énormément, j’aurai exploré cette culture énigmatique de fond en comble, j’aurai vu, senti, goûté ce pays qui – pour l’instant – m’est tout à fait inconnu.

Et je profite à fond de ce sentiment qui, aussitôt que j’ouvrirai les pages de mon guide de voyage, commencera à s’effacer. Plus je m’informerai et moins j’aurai l’impression de plonger dans le vide.

Mais pour l’instant, alors que je n’ai qu’une vague idée de ce qui m’attend, je suis EUPHORIQUE!

Vous pouvez me suivre sur Facebook, Twitter et Instagram

5 commentaires

  1. Si tu désires te mettre dans l’ambiance au niveau musical, je te recommande Sigur Rós ou Sólstafir (si tu aimes le métal). L’Islande est envoutante, mais pas pour les mêmes raisons que la Nouvelle-Zélande. Enjoy!

    Ton blogue est vraiment cool en passant!

    À+

    J'aime

  2. Ahaha ton article m’a parlé !
    Idem, pétage de plomb en juin, il fallait que je parte en islande ! je n’y connaissais rien mais il fallait que j’y aille ! Ce caillou m’appelait !
    Banco tout calé et hop mois d’octobre en islande ! et Quelle aventure !
    Sympa ton blog,
    au plaisir de te lire 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s