Destination : Haida Gwaii

Il y a deux réactions possibles lorsque tu annonces que tu pars pour Haida Gwaii, et deux seulement. La première : « Ah, tu vas tellement tripper! Monbeau-frèreyestallé/J’yaifaitunstageen2003/J’aiungrand-onclequiyhabite », et la seconde : « Haida où? ». Fin de la discussion.

Je suis gênée de l’admettre, mais j’ai moi-même entendu parler de Haida Gwaii pour la première fois l’année dernière. On m’a décrit l’archipel comme un endroit sauvage, magnifique, où les gens – les Haïdas – s’efforcent de préserver leur riche culture et accueillent à bras ouverts quiconque s’y intéresse. Et tout ça, à l’intérieur de notre pays. Il ne m’en fallait pas plus pour me convaincre.

On les surnomme les « Galápagos du Canada ». Quand j’ai lu ça, j’ai failli tomber en bas de ma chaise. Ayant visité les îles Galápagos, je me suis dit : « Wo! Faudrait pas charrier, quand même. » Cependant, en poursuivant ma lecture, j’ai compris l’idée. Aucun autre groupe d’îles au Canada n’est aussi éloigné du continent (on parle de 50 à 150 km de la côte de la Colombie-Britannique). En raison de cet isolement, les îles comptent de nombreuses espèce endémiques de plantes, d’oiseaux, de poissons, de mollusques et de mammifères.

Ajoutez à cela de nombreuses possibilités de randonnée, de kayak et de vélo, et me voilà avec un argumentaire béton pour convaincre mes deux amies, Cath la passionnée d’anthropologie et de champignons, et Chri la pro du kayak de mer.

Ensemble, nous allons partir en road trip à la découverte de ces îles humides – une qualité qui s’apprécie lorsqu’on vit au Yukon.

Le départ se fera mardi prochain. À nous, les 1 500 kilomètres de route, l’humidité, les activités de plein air et la découverte de la culture haïda!

Sans oublier une cabine infestée de souris (les hôtes AirBnb nous ont mises en garde), mais ô combien charmante sur photos!

Cabin
Notre cabine AirBNB 🙂

Serait-ce la prochaine destination canadienne ultime pour les aventuriers? J’ai le feeling que oui! J’ai hâte de vous en reparler! 🙂

En conclusion, je vous laisse avec ce mythe de la création humaine, qui aurait eu lieu à Rose Spit selon les légendes haïdas¹ :

Back at the beginning of time, when the water that once covered the Earth subsided, only a raven survived. In his loneliness, the bird combed the islands that broke the surface of the great sea, seeking companionship. Finally, while soaring over a long sandy beach, he heard faint cries emanating from a clamshell that had washed up on the shore. The raven swooped down and pried the shell open. To his great wonder, the sounds grew louder and louder, and the startled bird watched in amazement as several men clambered out. »

¹Source : Haida Gwaii, A Guide to BC’s Islands of the People, HORWOOD, Dennis.

Et vous, vous y êtes déjà allés? Avez-vous des suggestions pour nous?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s