Un séjour au Monastère des Augustines

À Québec, une importante pièce de patrimoine religieux s’est reconvertie en auberge de mieux-être. Le Monastère des Augustines, qui date d’aussi loin que des débuts de la colonie de la Nouvelle-France, accueille maintenant les visiteurs qui cherchent à se reconnecter sur eux-mêmes, en plein cœur du Vieux-Québec.

Plus qu’un hébergement original

Imaginez traverser l’océan en direction de votre nouveau chez-vous, avec quelques possessions assez peu nombreuses pour entrer dans un coffre. Imaginez vivre une vie de chasteté et n’avoir pour seul contact avec le monde extérieur celui des malades que vous soignez du matin au soir. Imaginez prendre tous vos repas en silence, n’avoir de contact avec vos proches que 30 minutes par mois. Difficile de se faire une image dans le contexte de vie actuel, mais en février dernier j’ai pu plonger le temps d’une nuitée dans le monde des Augustines, pour essayer de comprendre ce qui pouvait bien motiver quelqu’un à sacrifier ainsi sa vie au Christ et aux malades, et découvrir ce nouveau concept d’auberge qui poursuit la mission des Augustines de « soigner les corps et les âmes », de façon contemporaine, c’est-à-dire en créant un lieu centré sur le ressourcement de ses visiteurs.

Photo : Monastère des Augustines

Ce qui devait au départ n’être qu’un simple séjour dans un hébergement « original » s’est avéré une véritable découverte. J’ai été inspirée par cette histoire franchement fascinante, celle des Augustines, de vraies pionnières. Moi-même originaire de la Ville de Québec, je ne connaissais pourtant rien d’elles. J’ai même dû chercher sur la carte l’emplacement du lieu, moi qui ai arpenté ces rues d’innombrables de fois. Marie-Ève Perron, responsable du développement touristique au Monastère, m’a expliqué qu’il était normal que je ne sache pas spontanément où se trouvait le monastère, puisque les Augustines ont vécu cloîtrées jusqu’à récemment, dans les années ’60. Autrement dit, en marchant dans le Vieux-Québec, le monastère « ne nous saute pas dans la face », est c’est voulu.

La petite histoire des Augustines

Les Augustines, qui ont fondé le premier hôpital au Nord du Mexique, l’Hôtel-Dieu de Québec, puis onze autres hôpitaux, avaient été envoyées de France avec la mission de « soigner les corps et les âmes ». Afin d’évangéliser la quelque centaine de membres que comptait alors la colonie, il fallait d’abord s’assurer que ceux-ci avaient la santé physique pour être évangélisés… et survivre. Pas une petite mission pour ces trois femmes.

À travers les années, les Augustines ont grandi en nombre et ont soigné, sans discrimination, tous ceux qui en avaient besoin, le monastère communiquant directement avec l’hôpital par un couloir.  Malgré qu’elles étaient cloîtrées, elles ont pu rester à l’affût des découvertes médicales, par exemples lorsqu’on a commencé à réaliser que c’étaient les bactéries et non le diable qui étaient responsables des épidémies…

Depuis 1639, date de leur arrivée en Nouvelle-France, elles ont préservé les documents d’archives et les artéfacts dans des voûtes souterraines. Aujourd’hui, la collection du musée comprend environ 40 000 pièces et si on les mettait bout à bout, tous les documents d’archives feraient un kilomètre de long.

La collection du musée comprend des pièces uniques dont une trousse d’outils médicaux ayant servi à soigner les blessée de la bataille des Plaines. On peut aussi apercevoir ce que les archéologues croient être la plus ancienne porte en Amérique du Nord.

Le Monastère aujourd’hui : un exemple de tourisme durable

Devant le déclin de la religion, le Québec se retrouve avec un patrimoine religieux si riche, mais sous-exploité. Des églises transformées en condos, en salle de spectacle, en école de cirque… Même les athées ne peuvent s’empêcher d’avoir un petit pincement au cœur à la vue d’une église mise à terre.

Le Monastère, qui a déjà compté 250 Augustines dans ses murs, n’en compte aujourd’hui que 14, âgées en moyenne de plus de 80 ans. Après s’est dévoué aux autres pendant plus de quatre siècles, elles ont pris la décision de léguer le Monastère à la population québécoise avant qu’il ne soit trop tard. Aujourd’hui un organisme sans but lucratif, le Monastère a subi une revitalisation dans le but de préserver le patrimoine matériel et immatériel des Augustines.

Photo : Monastère des Augustines

Et la religion dans tout ça? « On regarde le religieux d’un point de vue historique, m’explique Marie-Eve. Aujourd’hui, le Monastère se définit comme un lieu de ressourcement « ouvert à la diversité des cultures et des croyances ».

En plus du musée, le visiteur a accès à une programmation d’activités de mieux-être (du yoga, de la méditation, des conférences, etc.). Il est possible d’y organiser soi-même sa retraite de mieux-être ou de choisir l’un des forfaits du Monastère.

L’hébergement

Le Monastère compte 33 chambres authentiques et 32 chambres contemporaines. Ces dernières ont été entièrement rénovées au goût du jour et comptent chacune une salle de bain privée. Pour ma part, c’était un véritable séjour monastique qui me tentait le plus, alors j’ai opté pour une chambre authentique. Meublée modestement d’un lit simple et d’un petit bureau de bois, la chambre n’était pourtant pas moins confortable et j’ai dormi comme un bébé dans cette ambiance de relaxation. Un porte-voile était accroché au mur pour me rappeler où je me trouve.

Ma chambre authentique… Porte-voile inclus!

Une des choses qui m’a plu est le fait que le développement durable fait partie de l’ADN du Monastère. À l’instar des Augustines, qui vivaient modestement et ne gaspillaient rien, aujourd’hui le Monastère se fait un point d’honneur de limiter le gaspillage alimentaire dans le restaurant, de pratiquer le compostage, d’utiliser des matériaux et des produits écologiques et de soutenir les artisans locaux. Ce n’est pas pour rien que plusieurs récompenses lui ont été remises depuis son ouverture, il s’agit d’un véritable de fraîcheur dans le domaine de l’hébergement au Québec et un exemple de tourisme durable à suivre!

Alors, est-ce que ça vous donne envie de tenter l’expérience « nonne d’un jour » vous aussi?

Monastere - pin

Un commentaire

  1. Je trouve ton nouvel article très intéressant .je pense même aller y faire un séjour pour me ressourcer merci de nous faire connaître dest beaux endroits Émilie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s