Holbox : une île à part

Légèrement à l’écart des traditionnels circuits de la Riviera Maya, l’Isla Holbox est facilement accessible depuis Cancun ou Mérida. Île (presque) sans voiture, elle a cette vibe insulaire qui ne s’invente pas. Ici, pas de vendeur ambulant, de tour hôtelière ni même de chant de coq qui vienne perturber le tableau.

Tranquille, dans une certaine mesure, mais pas ennuyante! Holbox offre une belle variété d’activités et un riche choix de restaurants mettant à l’honneur la cuisine locale et le bon poisson frais pêché sur les rives de la Punta Mosquito ou plus loin, au large.

Bref, un équilibre parfait pour des vacances égayantes sans prise de tête!

lrm_export_20180204_113917377774516.jpg

P1180331

L’Isla Holbox (prononcer Hol-boche) a beau être toute petite, son histoire n’en reste pas moins rocambolesque. D’abord habitée par les Mayas, elle fut prise d’assaut par les pirates il y a environ 150 ans. Aujourd’hui, les descendants de couples maya-pirates, qui furent rejoint par d’autres Mexicains du continent pour former éventuellement une population d’environ un millier d’habitants, vivent de la pêche et du tourisme.

P1180286

À Holbox, on peut venir profiter des bonnes choses de la vie sans craindre de se faire piller par les pirates, ni même par qui que ce soit – l’île est assez sécuritaire. Les boutiques, restaurants et cafés sont concentrés au centre de l’île, qui fait à peine 2 km de large et 40 de long. Les déplacements se font facilement à pied, mais les locaux, eux se déplacent à vélo, à moto ou… en cart de golf! Il est d’ailleurs possible d’en faire la location à la journée. Autrement, il fait bon simplement déambuler dans les rues, chaussures optionnelles.

lrm_export_20180201_194046462798459.jpg
À Holbox, les gens se déplacent en cart de golf
DCIM100GOPROGOPR0207.JPG
Les rues de Holbox sont parsemées de graffitis

20180201_132231

Plusieurs adresses servent une cuisine mexicaine à se délecter, à commencer par le restaurant familial El Colibri, qu’on croirait tout droit sorti d’un film avec sa décoration éclectique. Les poutres vert Saint-Patrick contrastent avec les façades extérieures rose bonbon. Tous les murs sans exception, jusqu’au plafond, sont ornés de tableaux de Frida, de masques du Jour des Morts, de carillons de coquillages… Les chaises originales en bois de toutes les couleurs et les nappes à carreaux elles aussi multicolores nous lance en plein visage que l’ambiance feutrée des restaurants Nord-Américains est bien ennuyeuse à côté de celle-ci. Le menu ne s’éloigne pas du lieu : pour le petit déjeuner, des œufs rancheros, pour le lunch, un ceviche de poisson et pour le souper, du poisson frais grillé, des tacos ou encore du riz aux crevettes. Pour les en-cas d’après-midi : un simple jus de fruits fraîchement pressé accompagné d’une guacamole maison qui vise en plein dans le mille. Le tout servi si gentiment qu’il est impossible de ne pas avoir envie d’y retourner encore et encore pour essayer les 1001 autres plats du menu.

P1180276
Latte sur la terrasse du café Colibri

L’île recèle de lieux similaires : La Chingada, où l’on prépare sous vos yeux les meilleurs tacos de poisson, le Café del Mar, où l’on vous sert avec le sourire un café digne de ce nom dans un jardin fleuri ou encore, chez l’Abuelo Tom, un préféré des locaux, où l’on concocte une cuisine mexicaine aux saveurs authentiques.

 

Pour élargir son terrain de jeux, direction le port d’où décollent les excursions. Il y en a pour tous les goûts, tous les budgets et surtout, toutes les saisons. De mai à septembre, c’est la saison des requins-baleines. Le jour, on peut observer les flamants roses et le soir, le phytoplancton illuminer les plages – un phénomène appelé « bioluminescence ». On peut aussi faire un tour des îles environnantes en bateau, une descente de la rivière – peuplée de crocodiles – en kayak, une séance de plongée ou un cours de kitesurfing. Ou tout simplement relaxer sur la plage, un bon livre à la main; la plage en entier est accessible au public.

S’y rendre

Un vol direct relie Montréal et Cancún pour environ 500$CAN, parfois moins. Mon vol avec Air Transat m’a coûté 463$CAN TTC.

Depuis Cancún, prendre un bus vers Chiquila (environ 3h30, $133 pesos), puis un traversier (30 min., $140 pesos). Attention, les bus partent seulement le matin.

Plus d’info

Pour en savoir plus sur l’Isla Holbox :

Vous avez aimé cet article? Épinglez-le sur Pinterest!

25 Poppasome Tokens of Appreciation.png

 

Et vous, quel est votre endroit coup de coeur au Mexique?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s