S’enraciner

Il y a 7 ans, le 8 septembre 2013, je débarquais de l’avion à Whitehorse et mon hôte m’attendait à l’aéroport pour me présenter ma nouvelle ville. Je m’en souviens comme si c’était hier! En découvrant cette ville sans grande architecture, je ne me doutais tellement pas du poids que cette décision allait avoir sur la suite de ma vie…

J’ai découvert le chien de traîneau lors de mon premier hiver au Yukon 🙂
Vous ne m’entendrez jamais dire que j’ai « tout laissé tomber » pour venir m’établir au Yukon, parce qu’entre vous et moi, à 24 ans, récemment diplômée, célibataire et sans enfant, je n’avais pas grand-chose à laisser tomber… Pas de famille à m’occuper, pas de parent vieillissant (la personne dont j’étais la plus proche, mamie Lily, nous avait quitté 6 mois auparavant), pas d’emploi, pas d’immobilier, pas d’auto, même pas de permis de conduire… Je revenais de passer un an en Europe, je n’avais pas beaucoup d’argent et j’avais envie de repartir en voyage, alors je me suis inscrite au programme Odyssée et voilà! C’est comme ça que je me suis retrouvée à l’autre bout du Canada pour la durée d’un contrat de 9 mois. Enfin, c’est ce qui était prévu au départ.
Sept ans plus tard, je suis toujours ici, en train de m’enraciner (littéralement, je viens de m’acheter une maison et j’ai planté 4 arbres dans ma cour). 😂
Eh oui, moi la minimaliste, l’éternelle backpackeuse, j’ai pris la décision – et le plus naturellement du monde – de m’acheter une maison! Serais-je en train de vieillir? Pire, de DEVENIR PLATE?
 
Peut-être est-ce le spectre de la trentaine qui surgit?! Mais j’ai trouvé l’endroit où je me sens chez moi, tout simplement. Pas besoin d’aller chercher quoi que ce soit d’autre ailleurs, j’ai tout ce qu’il me faut ici : plein d’amour et une vie saine dans un endroit merveilleux! Après avoir exploré, baroudé, cherché, imaginé, rêvé… j’ai enfin trouvé ma ‘happy place’. 

Meeko, mon inséparable compagnon de rando!
Vais-je arrêter de voyager pour autant?

Évidemment que non! Voyager, c’est ma plus grande passion. Je vais continuer d’explorer notre belle planète par intérêt, par curiosité, parce que j’ai toujours besoin de découvrir de nouvelles choses. Mais pas de fuir. Et il y a tellement à explorer ici, je n’ai plus besoin de traverser la planète chaque fois que je veux partir à l’aventure! L’aventure commence l’autre côté de ma porte d’entrée!

Vais-je voyager moins? Oui! Qu’on le veuille ou non, nos voyages ont un impact sur la planète et ce serait hypocrite de continuer à voyager comme si de rien n’était. (Oh oui… il y a des comportements, des industries qui ont un impact encore plus néfaste que le tourisme, peut-être. Mais prenons donc la responsabilité de nos actions plutôt que d’essayer de se donner bonne conscience en pointant du doigt les ‘pires que nous’.) Voyager moins, certes, mais voyager mieux: en restant sur place plus longtemps, en diminuant mes déplacements en avion, en investissant dans des expériences durables, en évitant les lieux survisités (aussi mythiques soient-ils), etc.

Il s’est passé tellement de choses en cinq ans : plusieurs emplois (en enseignement, en tourisme, en traduction…), de nouvelles amitiés, une rupture amoureuse douloureuse (mais qui m’a fait grandir comme c’est pas possible!), plusieurs décisions – bonnes ou mauvaises – l’adoption de Meeko (ça c’était une bonne décision!!!), quelques visites d’amis et de famille, d’innombrables trips dans les environs (Yukon, Alaska, T.N.-O.), de nouveaux sports, de nouvelles passions… mais encore tellement plus à découvrir!

En canot pour mes 30 ans 🙂 Un sport que je ne pratiquais pas du tout avant!
Évidemment, j’ai laissé famille et amis derrière, et c’est probablement l’aspect le plus difficile de cette décision (vient en deuxième lieu le prix exorbitant de l’immobilier à Whitehorse!) Mais j’ai la chance de les voir assez régulièrement quand je retourne visiter. Bon, ce n’est jamais assez long, mais je me console en me disant que ça nous force encore plus à plonger dans le moment présent à 100% quand on est ensemble.

Visite de mon grand-père Éloi en 2017
Voici quelques photos des moments les plus marquants des 7 dernières années passées au Yukon!
 

Cheers à cet enracinement dont je rêvais depuis si longtemps. Pour la première fois de ma vie, je me sens enfin chez moi quelque part.
Je ne sais pas si je resterai au Yukon pour toujours, mais c’est bien parti.

2 commentaires sur “S’enraciner

  1. Je suis bien content pour toi. S’établir quelque part, ça ne veut pas dire qu’on s’encroûte, ça veut juste dire qu’on se sent bien. Je te souhaite de longues belles années au Yukon, ta base d’exploration ! 😉 Au plaisir de visiter ton beau coin un jour…et t’inviter à prendre une bière 🍺 😊

    J'aime

Répondre à Elzear Belzile Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s