Road trip sur la Stewart-Cassiar Highway

Cet été, nous étions invités à un mariage au cœur des montagnes de la Colombie-Britannique, dans la vallée de Kispiox, près de Hazelton (dans les environs de Terrace). Pour moi, c’était l’occasion rêvée de finalement parcourir la Stewart-Cassiar Highway, une deux 2 seules routes canadiennes menant au Yukon. Depuis le temps que j’en rêvais!

On m’avait dit toutes sortes de choses sur cette route, notamment qu’elle était un peu plus sauvage et audacieuse que la Alaska Highway, et en moins bon état. J’allais pouvoir m’en faire ma propre idée!

Le début de la route Stewart-Cassiar

1200 km séparent Whitehorse de Hazelton, notre destination finale, soit l’équivalent d’un Paris – Copenhague ou d’un Montréal – Baie James. Pour parcourir cette distance, nous n’avions seulement que 5 jours. C’était trop peu, mais dans notre cas c’était tout ce que nous avions comme congés. Entre 7-9 jours auraient été l’idéal pour pouvoir faire davantage de randonnées et de pêche.

Sur la route, nous avons découvert plusieurs merveilles naturelles, dont Boya Lake, un lac aux eaux claires et turquoise, le Glacier Salmon dans le village alaskain de Hyder et la vallée de Nass, son champ de lave et ses hot springs.

Voici mes coups de cœur de cette aventure sur la route Stewart-Cassiar.

Boya Lake

Boya Lake

Je l’avais vu et revu en photos, mais voilà que j’allais enfin pouvoir m’y tremper les pieds le voir de mes yeux vus! (On dit que le lac est rempli de sangsues, je n’allais pas me risquer)! Cela ne gâche en rien la beauté du lac, qui est franchement sexy avec ses eaux claires et turquoise.

Au bord du lac se trouve un camping – c’est un bon endroit ou passer la nuit avant de poursuivre la route. Qui n’aimerait pas se réveiller au bord de ce lac paradisiaque? C’est le Nord de la Colombie-Britannique à son meilleur!

Boya Lake

Les amateurs de pêche seront heureux d’apprendre qu’il est possible d’y pêcher le ‘char’ (il faut avoir obtenu et imprimé son permis de pêche au préalable).

En revanche, lors de notre passage, le camping était infesté de guêpes détestables. Je ne sais pas si c’est souvent comme ça, en tout cas, on ne m’en avait pas soufflé mot, alors j’en ai déduis que ça devait être une situation exceptionnelle.

Stewart/Hyder

Plus au Sud, on retrouve les villages jumeaux de Stewart et Hyder. Le premier appartient au Canada alors que le second fait partie de l’Alaska. Ce qui est drôle, c’est que les deux villages sont bel et bien séparés par une frontière, mais comme il n’existe pas d’autre façon de rejoindre Hyder que par cette route via le Canada, il faut seulement traverser la frontière au retour.

Pour se rendre à Stewart/Hyder, on doit quitter la route Stewart-Cassiar pour emprunter la 37A. À elles seules, les vues le long de cette route valent le détour. On peut y apercevoir des glaciers et c’est un bon endroit pour observer les ours également.

Le café Toastworks

À Stewart, le café Toastworks nous a bien plu, avec son look vintage et sa déco composée de dizaines de grille-pains d’une autre époque. À Hyder, les options sont plus limitées pour se restaurer.

Mais la vraie vedette de l’endroit, c’est définitivement le glacier Salmon. Pour s’y rendre, il faut suivre une ‘dirt road’ le long d’une falaise. Le jeu en vaut la chandelle! On dit que c’est l’un des plus beaux (et grands) glaciers en Amérique du Nord, auquel il est possible d’accéder par la route. C’est assez incroyable de n’avoir qu’à se stationner pour admirer cette vue. On se sent presque comme si on n’avait pas travaillé assez fort pour être ainsi généreusement récompensés!

Salmon Glacier

À Hyder, il y a aussi un endroit où observer les ours, Fish Creek, un site géré par le NPS (National Park Service). L’observation n’y est aucunement garantie et dans notre cas, nous n’y sommes pas allés car les observations signalées ce jour-là étaient peu nombreuses (seulement trois) et ces ours avaient été aperçus sur la route, à l’extérieur du site.

Fish Creek et la plateforme d’observation des ours

La vallée de Nass et le parc povincial Nisga’a Lava Bed Memorial

Juste avant d’arriver à la fin de la route 37, on la quitte un peu pour se diriger vers la vallée de Nass et son champ de lave. En effet, le parc Nisga’a Lava Bed Memorial, un parc provincial, est le résultat d’une éruption volcanique – la dernière ayant eu lieu au Canada, dans les années 1700 – et d’une coulée de lave ayant englouti villages et villageois. Près de 2000 personnes auraient péri sous cette rivière de feu. Aujourd’hui, le site sert de lieu commémoratif et les visiteurs sont invités au respect.

Nisga’a Lava Bed Memorial
Marcher parmi les pierres volcaniques… au Canada!

On peut d’ailleurs suivre un sentier (très court) menant au cratère du volcan Taoex, le responsable de ce chaos. Non loin du cratère, on peut aller terminer la journée en se trempant dans les sources d’eau chaudes naturelles du parc. L’entrée est gratuite!

Les Hot Springs et l’illusion d’avoir un très petit tronc

La vallée de Nass est ponctuée de villages autochtones et plusieurs des lieux sont sacrés selon les cultures locales. Par exemple, on s’est abstenu de rapporter des pierres de lave volcanique et d’apporter des boissons alcooliques dans les hot springs, même si ça nous a bien traversé l’esprit de siroter une petite bière tout en pataugeant.

Bonne adresse : Bell 2 Lodge

La palme d’or du meilleur pit stop sur la route va sans contredit au Bell 2 Lodge, à mi-chemin. On y sert du café digne de ce nom (c’est le seul endroit ou j’ai pu trouver un latte sur la route!) et des repas chauds (il faut s’attendre à des repas graisseux plutôt que des salades). Et la pompe à essence est trop mignonne.

Bell 2 Lodge

Ce qu’il faut savoir :

  • La route Stewart-Cassiar fait 875 km
  • Le réseau cellulaire est très rare, pour ne pas dire inexistant. (Ma foi, plus rare qu’au Yukon, ce que je ne croyais pas possible!)
  • Les distances sont parfois longues entre les stations d’essence, il ne faut pas perdre de vue le niveau du réservoir.
  • Il faut avoir son passeport pour traverser de Stewart à Hyder.
  • Le Nord de la Colombie-Britannique est reconnu pour sa pêche. Pour obtenir son permis, il faut le demander ici.
  • La route est en meilleur état que ce qu’on avait dit. J’ai été agréablement surprise! Je l’ai trouvée comparable à l’état de la route de l’Alaska. Un peu plus sinueuse, peut-être.
  • Les droits d’entrée sont de 6$ pour les Canadiens au site de Fish Creek.
  • Ça peut être une bonne idée d’apporter une bonne quantité de provisions, collations, fruits, etc. pour grignoter le long de la route, car les options sont limitées et la nourriture trouvée sur la route n’est souvent pas très santé!
Voilà ce qui résume notre road trip sur la Stewart-Cassiar Highway, une route que nous avons parcourue pour la première fois ensemble à l’été 2019 et que j’espère très certainement avoir l’occasion de conduire à nouveau prochainement!
Des road trippeux satisfaits

Des questions? N’hésitez pas à les poser en commentaire ci-dessous 🙂

Un commentaire sur “Road trip sur la Stewart-Cassiar Highway

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s