Qui est la Yukonnaise?

Indépendante et introvertie, je ne suis pas particulièrement exhibitionniste – en fait je déteste être sous les projecteurs! Bizarre pour une blogueuse? 🤔

Rêvasseuse à temps plein ayant tendance à l’exagération. Dépourvue de toute aptitude à la routine. Démesurément enthousiaste dès qu’il est question d’activités de plein air, de langues étrangères, d’aventures et de dépaysement. De l’Asie à l’Amérique du Sud, je me plais à dénicher les endroits les moins courus, les bons plans et les expériences authentiques, en prenant soin laisser une trace positive derrière moi.

Chilkoot Trail

Mon histoire

J’ai commencé à voyager à 18 ans. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été animée d’un désir de découverte. Enfant, j’étais fascinée par les cultures étrangères. Je n’étais pourtant pas issue d’une famille de voyageurs; bien au contraire. Mon premier voyage en Europe à 18 ans était ma première « vraie » expérience de voyage. J’ai ensuite passé un mois à dormir chez l’habitant au Pérou et en Bolivie, et j’ai visité plus d’une vingtaine de pays depuis, toujours en essayant de favoriser les rencontres locales, que ce soit en couchsurfing, en utilisant les transports locaux ou carrément en immersion, comme ce fut le cas en Espagne et en Allemagne, où j’ai passé un an.

De fil en aiguille, j’ai pris confiance et j’ai commencé à voyager en solo. D’abord par résignation, puis j’y ai pris goût. Introvertie et ex-timide, le voyage m’a permis de grandir et de prendre confiance en moi.

À mon retour d’une année en Europe en 2012, j’étais à la croisée des chemins : envie de repartir, mais d’être plus près des amis et de la famille en même temps.

Le Yukon est arrivé au bon moment dans ma vie. Arrivée dans le Nord un peu par hasard, le coup de foudre ne s’est pas fait attendre. J’y ai développé une passion pour les sports de plein air (randonnée, ski, vélo de montagne, biathlon…). Ici, je me sens enfin chez moi.

Depuis, le voyage a pris une autre forme : les aventures font partie du quotidien et je ne ressens plus le besoin d’être toujours « sur la go »! Voyager moins, mais voyager mieux.

Je n’ai pas perdu la passion et je prends toujours plaisir à explorer des contrées lointaines, mais disons que je ne ressens plus autant ce besoin « viscéral » de sauter dans un avion. J’ai réalisé qu’en fait le voyage, ça se passe entre les 2 oreilles. On peut voyager tout en étant à 2 pas de chez soi, en découvrant un nouveau sentier, un nouveau resto, un nouveau village, etc. Au niveau écologique, on sous-évalue les impacts du tourisme et particulièrement des voyages en avion. Pour diminuer son empreinte carbone, la meilleure solution restera toujours de voyager local, autant que possible.

Bref, après plus de 10 ans de voyages en sac à dos, je réalise de plus en plus l’impact de nos décisions, en tant que voyageurs, sur notre belle planète et sur les populations locales et la faune. Avec le temps, afin de rester fidèle à mes valeurs personnelles, j’ai fait du voyage responsable mon cheval de bataille.

Le blogue

En plus d’être une mine d’informations sur le Yukon, le blogue La Yukonnaise se veut un espace d’ultime liberté où je peux m’exprimer sans barrière et partager mes passions,  coups de cœur, conseils, etc.

Vous trouverez ici des articles rédigés avec transparence, des opinions non biaisées et du contenu original afin de vous aider à préparer votre voyage au Yukon ou ailleurs. Les sujets font l’objet de recherches factuelles rigoureuses et sont écrits au meilleur de ma connaissance.

Ce blogue est en quelque sorte ma carte de visite. Je ne reçois aucune rémunération et toutes les opinions exprimées sont 100% les miennes.

Il arrive que je recommande tel hébergement ou telle activité lorsque j’estime que ce soit pertinent pour vous, lecteurs. Je ne fais que des recommandations d’expériences vécues; toutefois, s’il advenait que vous ayiez une mauvaise expérience au cours d’un voyage, je me délie de toute responsabilité.

Ma vision du voyage

La mission de ce blogue est d’inspirer tout en sensibilisant les lecteurs afin que les endroits visités restent intacts le plus longtemps possible. Je suis d’avis qu’en prenant des décisions éclairées, les voyageurs peuvent avoir un impact positif sur les communautés. Je suis passionnée par le tourisme durable, tant comme voyageuse qu’au niveau professionnel – je poursuis actuellement des études dans le domaine.

Rencontrer, apprendre, s’ouvrir. Participer à la création d’un monde plus tolérant. En voyage comme à la maison, il importe de répondre de ses actes et de prendre conscience de notre impact sur l’environnement et les communautés : il s’agit d’utiliser ses dollars à bon escient. Le tourisme a certes un côté pervers, et le surtourisme peut facilement se transformer en arme destructrice, mais le tourisme peut également s’avérer un outil de développement économique, d’éducation et de valorisation de la culture… pour autant que l’on prenne les bonnes décisions. Le voyageur a le pouvoir de changer les choses. S’informer est le premier pas.

Mon éthique personnelle

Comme blogueuse, je ne fais pas la promotion du « tout quitter pour voyager » ni de la « surconsommation du voyage ». Je ne vends pas du rêve. Je vous montre la réalité, même si cela implique de retourner la médaille. J’aborde à l’occasion les sujets moins le fun, mais nécessaires.

Comme voyageuse, je m’impose une stricte éthique : je me demande toujours si chacune de mes décisions aura un impact négatif. Si la réponse est oui, je m’abstiens.

J’espère que ce blogue vous aidera à prendre des décisions éclairées en voyage et dans la vie quotidienne afin que nous puissions préserver le plus longtemps possible cette belle planète que nous aimons tant parcourir.

Pssst! On parle de La Yukonnaise ici…

12 commentaires sur “Qui est la Yukonnaise?

  1. Très inspirant, ce que je trouve ici…
    envie de m’envoler vers le Nord, encore.
    Tu parles de collaborer…
    J’ai été un Montréalais pendant douze ans, puis suis venu m’installer aux Îles-de-la-Madeleine l’automne dernier. Peut-être en attendant de retourner voir le Yukon, aperçu trop vite fait en 2004.
    J’imagine une collaboration entre les deux extrémités du pays… ??
    Ne suis pas sur Facebook, possible de me contacter par courriel.
    pradetbenjamin@hotmail.ca

    🙂
    Benjamin

    J'aime

  2. Trop genial, superbe reportage, une guide parfaite et passionnée. De très beau panoramas le soleil le soleil en plus. Apres visite du blog ca donne vraiment envie de tous larguer pour traverser l’Atlantique. Milles bravos.

    Aimé par 1 personne

  3. Excellent blogue, beaucoup d’informations qui me seront utiles pour notre voyage en VR de l’été 2018. Un grand merci. En ce qui concerne la route Top of the world, de Dawson City à Tok disons, quel est l’état de la chaussée? Nous y serons en juillet et août. Asphaltée ou pas, planche à laver? On ne roulera pas en 4×4, donc ce point est un petit souci pour moi. Merci à l’avance. Hélène

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s