Keno City : au coeur du vrai Yukon

Chemins de terre battue qui serpentent entre les cabanes de bois rond défraîchies. Un vieux truck au capot décapé stationné devant un garage où aucune « p’tite frette » ne semble avoir été décapsulée depuis belle lurette. Les rayons ne sont pas parvenus à venir à bout de la neige, qui persiste ici un peu plus longtemps qu’ailleurs au territoire. Nous sommes au Yukon, mais on pourrait croire qu’il s’agit d’un décor de plateau de cinéma western.

KenoCity5

Je vous parle d’un petit bled qui a connu son heure de gloire dans les années ’20, mais dont on n’entend presque plus parler. Je vous parle d’un ex-eldorado ayant attiré maints ouvriers qui, désillusionnés par le Dawson de l’après-ruée vers l’or (où pratiquement tous les claims miniers avaient déjà trouvé preneur), ont fait cap droit vers le centre du Yukon. Je vous parle d’un village pas plus gros que ça situé tout au bout de la route qu’on appelle la Silver Trail. Je vous parle d’une quinzaine de personnes vivant au cœur des montagnes, à 3000 pieds d’altitude, à Keno City.

Keno
Keno City

Ici, le temps semble s’écouler plus lentement qu’ailleurs, plus lentement même que dans le reste du Yukon, où l’on affirme pourtant fièrement qu’on vit sur le Yukon Time. Ça contraste avec l’euphorie que l’on partage, mon partenaire de road trip et moi, découlant de ce sentiment d’avoir été soudainement téléportés. Même si nous sommes établis au Yukon, et même si nous avons pris le temps de parcourir les 464 km qui séparent Keno de Whitehorse en voiture, nous n’étions pas préparés à ça. Ici, c’est le Yukon Time puissance 1000. À quoi bon se presser quand aucun réseau cellulaire de peut nous informer de ce que l’on pourrait manquer? On vit dans le présent, tout simplement. Drôle de paradoxe, pour une ville qui semble tout droit sortie de l’époque de la ruée vers l’or.

Chapelle reconvertie en bibliothèque municipale
Chapelle reconvertie en bibliothèque municipale

En 1989, quand les mines d’argent de Keno Hill ont fermé leurs portes du jour au lendemain, les habitants n’ont eu qu’un choix à faire : partir ou rester. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’une quinzaine à appeler Keno leur ville. Si Keno a connu des jours plus prospères, on est toutefois à mille lieues du village fantôme. Malgré ses allures, la petite localité s’accroche à la vie. Le tourisme a remplacé l’exploitation minière comme principal moteur économique (bien que les activités minières se poursuivent toujours, à moindre échelle), et les quelques habitants qui ont choisi de rester l’ont fait par amour pour cet endroit dont ils sont fiers d’être les ambassadeurs. On mise sur les panoramas inhabités de la Silver Trail et sur la tranquillité du village pour attirer les visiteurs à Keno. Or, les grands espaces, la nature, l’isolement, la liberté… c’est là l’argument de vente principal du Yukon, voire du reste du pays. Pourtant, Keno a un petit je-ne-sais-quoi qui le distingue des autres.

KenoCityHotel6
Le mythique Keno City Hotel

Léo Martel, le propriétaire du Keno City Hotel, a acheté sa première maison à Keno en 1986. À l’image de son village, il s’est reconverti; il a délaissé sa profession de mineur pour celle qu’il exerce aujourd’hui : hôtelier. Il a toujours rêvé de prendre sa retraite à Keno. « C’est beau, c’est tranquille, pis y’a pas de police », explique sans hésitation le personnage originaire du Cap-de-la-Madeleine.

LeoMartel
Léo Martel, l’hôtelier

On peut en effet difficilement imaginer un endroit plus calme. Or, il ne s’agit pas d’un « trou perdu » pour autant. Si le village est loin de figurer sur l’itinéraire typique des touristes, chaque visiteur est accueilli au Keno City Hotel comme un ami. La soirée que nous y avons passée nous l’a bien démontré. Malgré que le village semblait sans vie pour un vendredi soir, le bar a accueilli un pompier torontois fraîchement débarqué et un trio de filles de Mayo, le village d’à côté. Tous n’ont pas hésité à parcourir l’heure de route qui les séparait du Keno City Hotel pour aller se faire servir un repas chaud et un whiskey par la souriante barmaid. Les conversations, les parties de billard et les tournées s’enchaînaient, et le pompier, qui en était à sa première visite, a promis qu’il reviendrait régulièrement s’exercer au piano. On a vu des endroits plus pathétiques que ça, en pleine saison morte.

KenoCityHotel5
Le bar du Keno City Hotel
KenoCItyHotel
Sages paroles de bar

KenoCityHotel4

On dit souvent qu’on vient au Yukon pour les paysages, mais qu’on y reste pour les gens. Ce dicton s’applique d’autant plus au petit patelin paisible de Keno City.

Si jamais l’idée vous prenait de vous y rendre, ne serait-ce que pour y savourer une pointe de pizza (la meilleure au Yukon!), c’est facile. Prenez la route et quand vous aurez l’impression d’être arrivés au bout de la fin, continuez encore. Vous ne serez pas assez loin tant que vous n’aurez pas atteint Keno City.

Road trip sur la Silver Trail
Road trip sur la Silver Trail

Quelques infos :

  • Keno est située à 464 km de Whitehorse et à une heure de Mayo. À partir de Mayo, la route n’est pas pavée.
  • Hébergement : Keno City Hotel. On peut également camper.
  • Une visite au Keno Mining Museum est essentielle pour comprendre l’histoire de la région. Allez-y; honnêtement, je ne croyais pas qu’un musée sur les mines pouvait être aussi intéressant!

Et puis, envie de prendre la route?

Vous pouvez me suivre sur Facebook, Twitter et Instagram

Vous êtes sur Pinterest? Épinglez-moi!

KenoCity_Pin (1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s